Le projet

UN ESPACE FLOTTANT DE CRÉATION ET D’EXPOSITION

Il s’agit d’inventer un lieu qui investit la géographie d’un territoire bouleversé par la construction d’un barrage en 1952 en s’intégrant sur l’immense plan d’eau et ses rivages arborés.

Habitants ou habitués des alentours de la retenue de Bort-Les-Orgues, nous ne pouvons que constater que cet espace rural, comme beaucoup d’autres, subit un déclin démographique. En réaction et parce nous avons envie de vivre ici et de contribuer à l’évolution du territoire, nous avons décidé de concevoir un projet ambitieux, raisonné et en symbiose avec son environnement : un espace flottant dédié à la création contemporaine. La conception d’un tel projet s’inscrit dans une démarche d’innovation technologique, territoriale, sociale, économique et artistique.



Innovation technologique

L’espace flottant préservera son environnement et ne nuira pas au paysage d’un point de vue esthétique. La préservation, le recyclage des matériaux, l’exploitation des matériaux  naturels, la recherche de nouveaux matériaux, la  gestion des sources d’énergie et de l’information sont des choix prioritaires.


Innovation territoriale

La notion de territoire fait appel à la culture. Nous entendons ici la culture comme la façon dont les hommes se comportent, agissent, communiquent en société. La construction territoriale résulte de la culture de la population qui y vit. Or si la retenue de Bort est un géosymbole fort pour ses habitants, les propositions culturelles restent périphériques (les rives, le barrage…). Aux Confin(s) propose de s’implanter sur ce qui fait l’existence de la retenue, c’est-à-dire : « la masse eau » ; constituant ainsi le chaînon manquant du site : une route fluviale porteuse de sens reliant symboliquement le territoire d’une rive à l’autre, en un mot : un gué.


“Puisque l’homme est projet, son bonheur comme ses plaisirs ne peuvent être que projets.”
Simone de Beauvoir


Innovation sociale

La construction d’un lien social renouvelé par un projet culturel invite à envisager la culture comme un bien partagé par tous, un vecteur du vivre ensemble. Elle permet de révéler la capacité d’expression collective des habitants à se retrouver et à travailler ensemble.


Innovation économique

Elle s’envisage sur deux niveaux, d’abord celui concernant le fonctionnement du lieu, dans sa capacité à générer une économie autonome. Par ailleurs, nous pensons que la construction d’une architecture de ce type, pourrait permettre la création et le développement d’entreprises / d’initiatives locales et de nouveaux savoir-faire.



Innovation artistique

Enfin, si le projet est déjà un projet artistique en soi, puisqu’il s’agit de créer un lieu afin de penser autrement un environnement géographique et politique, ce sont bien les artistes résidents qui rendront factuel la vocation d’Aux Confin(S) d’être un outil de pensée, de recherche et de création.


In fine, faire d’un territoire de confins, un centre du monde.


Jean-Philippe Rispal, porteur du projet

Les porteurs du projet

Aux Confin(s) est une association de loi 1901 fondée par Jean-Philippe Rispal (diplômé en automatisme industriel, et en arts-plastiques, professionnel dans le monde de l’art contemporain depuis 15 ans) et Marilù Sestini (diplômée en management international, en philosophie et en danse contemporaine).